Bienvenue, visiteur ! [ Inscription | Connexion

Matériel travaux publics

Profil de MAKINA

MAKINA
Annonces / Dernières annonces

CAT 330 DL
CAT 330 DL
 

1 115 000 MAD

.facebook_1481229108310
.facebook_1481229108310
 

1 100 000 MAD

2
2
 

6 000 MAD

IMG-20150316-WA0011
IMG-20150316-WA0011
 

130 000 MAD

IMG-20150313-WA0013
IMG-20150313-WA0013
 

300 000 MAD

IMG-20150313-WA0007
IMG-20150313-WA0007
 

230 000 MAD

141b6bece9e
141b6bece9e
 

500 €

151732-500x375
151732-500x375
 

9 500 MAD

Nacelle ciseau
Nacelle ciseau
 

140 000 MAD

grue mobile occasion maroc
grue mobile occasion maroc
 

1 104 481 MAD

auto betonniere occasion maroc
auto betonniere occasion maroc
 

120 000 MAD

Sold

Nacelle automotrice occasion maroc
Nacelle automotrice occasion maroc
 

220 000 MAD

Publications / Articles récents du blog

Casablanca : un parking souterrain de 750 places à Nevada

| Actualité BTP | 14 juillet 2015

park

La ville de Casablanca vient de lancer un appel d’offres pour la construction d’un parking souterrain sous la place Rachidi (Nevada). Doté de 750 places, ce nouveau parking a un budget prévisionnel de 67 millions de dirhams.

Les travaux devront commencer au plus tard en septembre prochain et le parking souterrain devra être opérationnel en avril 2017, soit dans deux ans exactement.

Dans le détail, les études de maîtrise d’œuvre devront être finies pour le début de l’année prochaine (janvier 2016), alors que les travaux de terrassement prendront trois mois.

Pour les gros œuvres, l’appel d’offres prévoit 7 mois. C’est du moins la théorie. En pratique, il faudra s’attendre à un délai sans doute (beaucoup) plus long.

Maroc : Circle Oil confirme la mise en production d’un puits de gaz fin juin

| Pétrole Chimie/Gaz | 21 mai 2015

dyn008_original_300_250_pjpeg_2520752_813894c3c1878a0ade8fdd4ac7f80e1e.2La société irlandaise Circle Oil a annoncé ce lundi 11 mai que les tests d’exploration de gaz dans le bassin du Gharb, au nord-est de Rabat se sont avérés positifs. La mise en production du puits exploité est prévue fin juin.

Positifs, les tests d’exploration du puits SAH-W 1 sur le permis Sebou situé dans le bassin du Gharb à une centaine de kilomètres au nord-est de Rabat l’ont été. Exploitant du puits, la société irlandaise Circle Oil compte démarrer la production de gaz dès la fin du mois de juin. C’est ce que confirme l’Office national des hydrocarbures du Maroc dans un communiqué daté de ce lundi 11 mai.

Commentant les tests réalisés au niveau du puits de Sebou, Steve Jenkins, président de Circle Oil a déclaré :

« Nous sommes ravis des résultats des tests du puits SAH-W1. C »est le premier puits de notre troisième campagne de forage, foré avec notre partenaire ONHYM dans le permis Sebou et est couplé avec notre programme de forage sur le permis Lalla Mimouna. Nous croyons que ce puits a le potentiel d’ajouter des volumes importants à nos réserves pour la production de gaz et à des tarifs non soumis à la fluctuation des prix en raison de contrats à prix fixe « .

EN PRODUCTION VERS LA FIN JUIN

Effectués en juin 2014, les travaux de forage de ce puits situé dans la partie ouest de la zone centrale du permis Sebou ont atteint 1 263 m de profondeur.

Les indices de gaz relevés ont été enregistrés à 3 niveaux durant le forage confirmant la présence de gaz au niveau d’un puits qui a été complété et testé en avril 2015 suite à la réception des équipements complémentaires nécessaires à sa complétion.

« Le niveau inférieur est d’une épaisseur nette de 3,6 m et a débité, durant le premier test de 5 heures à 140 000 mètres cube /j sur une duse de 24/64« , indique l’Onhym.

Afin de renforcer le potentiel de production actuel, le puits sera mis en production vers la fin juin.

Quant à l’appareil de forage, il est en cours d’acheminement sur les permis Lalla Mimouna pour y forer le puits LAM-1 entre 1231 m et 1521 m de profondeur. Il a pour objectif, les niveaux sableux du Miocène.

Fin décembre 2014, Circle Oil avait annoncé que les résultats préliminaires de forage du puits KSR-12 dans le permis Sebou onshore situé dans le bassin du Gharb au nord de Kénitra avaient confirmé la présence « significative » de gaz. Le site se trouve près de Mechra Bel Ksiri, à 70 km au nord-est de  Kenitra.

Circle Oil mène l’exploration du site en partenariat avec l’Onhym, qui détient, selon la loi, 25% du projet.

Cotée au marché AIM non régulé de Londres, Circle Oil a enregistré un chiffre d’affaires de 47,8 millions de dollars. Elle est présente au Maroc depuis 2006 et opère en Tunisie et en Egypte.

En mai 2014, la production marocaine (dirigée vers des industries locales) se faisait au rythme de 7 millions de pied cube par jour (dont 5,25 lui revenant à Circle Oil). Cela représente environ l’équivalent de 73 millions de mètres cube par an selon la compagnie irlandaise.

La consommation marocaine de son côté s’est élevée en 2014 à 900 millions de mètres cube.

Source : usinenouvelle.com

Après Renault, Ford s’apprête à implanter une usine de production automobile dans la zone franche de Tanger.

| Transport - Logistique | 21 mai 2015

n-FORD-large570

C’est une bonne nouvelle pour le Maroc. Ford, le géant de l’automobile américain, va installer une usine d’assemblage et de construction de ses véhicules à Tanger, nous confient des sources proches du projet.

Cette grande annonce sera faite lors d’une conférence de presse organisée à Casablanca . Ford Maroc entretient le suspense autour de cette conférence, se contentant d’annoncer des « nouvelles importantes pour le Maroc et la région ».

La veille de la conférence, c’est William Clay Ford Jr, président du conseil d’administration de Ford, qui atterrira au Maroc. Au programme, une réunion avec le ministre de l’Industrie , et le lendemain la présentation du calendrier de la construction de l’usine à Tanger, nous révèle encore notre source.

Renault plus seul maître à bord

Impossible pour nos sources de dire avec précision quand l’usine sera opérationnelle. La date de fin 2016 – début 2017 est évoquée, soit au terme d’une clause de non-concurrence de 5 ans négociée par Renault lors de son installation à Tanger en 2012. La fin de cette clause de non-concurrence pourrait ouvrir la porte à d’autres constructeurs qui voudraient s’installer à Tanger.

Avec Ford, l’un des plus grands constructeurs automobiles au monde, la filière nationale peut s’attendre à davantage de dynamisme. La firme, basée dans la banlieue de Détroit dans le Michigan, emploie 164 000 salariés à travers 200 pays. Ses véhicules sont produits dans près de 70 pays, pour un chiffre d’affaires total de 146,9 milliards de dollars en 2013. La même année, il a écoulé plus de 6 millions de véhicules, devançant Volkswagen, mais encore loin d’égaler Toyota.

L’ambition industrielle du Maroc en bonne voie

L’an dernier, au Maroc, la filière automobile a généré environ 40 milliards de dirhams de chiffres d’affaires à l’export, dépassant les traditionnels secteurs des phosphates et du textile. Le Maroc est désormais le 2e pays exportateur d’automobiles du continent, derrière l’Afrique du Sud, et devrait se placer au 19e rang mondial d’ici 2017.

Il faut dire que le royaume dispose de sérieux atouts pour attirer les constructeurs. Géographiquement, le Maroc est idéalement situé pour inonder les marchés européens et africains. Depuis la création de la Société marocaine de construction automobile (Somaca) en 1959, le Maroc s’est par ailleurs doté d’un vivier d’ouvriers qualifiés. Enfin, la stabilité économique et politique du pays rassure les investisseurs, séduits par la commodité des politiques gouvernementales les concernant.

Pour l’heure, c’est Renault qui fait figure de géant dans le royaume. Son usine implantée à Melloussa, à une trentaine de kilomètres de Tanger, accélére son rythme de production, même si elle peine à atteindre ses objectifs. Le site travaille en effet à 90 % pour le marché européen et a souffert du ralentissement des nouvelles immatriculations de l’autre côté de la Méditerranée.

Exclusif: Ford va ouvrir une usine à Tanger | Telquel.ma

L’ONEE SIGNE AVEC SEPCO III POUR UNE USINE THERMIQUE À JERADA

| Actualité BTP | 19 mars 2015

ENERGIE-ONEE
L’Office National de l’Electricité et de l’Eau potable (ONEE) et la société chinoise SEPCO III ont signé un contrat pour la réalisation d’une nouvelle centrale thermique à Jerada.

Le montant global du projet s’élève à plus de trois milliards de dirhams HTVA et son financement sera assuré principalement par la Banque Chinoise Exim Bank, indique un communiqué de l’ONEE.

Ce projet porte sur la construction d’un nouveau groupe thermique de 318 MW fonctionnant au charbon sur le site de la centrale thermique en service à Jerada, d’une puissance globale de 165 MW.

Il fait partie du plan d’équipement de l’Office visant à faire face à la croissance rapide de la demande d’électricité et permettra l’optimisation de l’utilisation des infrastructures de la centrale et du réseau de transport existants ainsi que la rentabilisation des infrastructures portuaires et ferroviaires de la région par leur sollicitation pour l’alimentation de la nouvelle centrale en charbon.

Ce projet aura également des impacts forts positifs sur le développement économique et social de Jerada et de ses environs notamment par le biais de la création de nouveaux postes d’emploi et par le recours aux services des PME et PMI locales, ajoute la même source.

La réalisation de ce projet, dont la mise en service est prévue au cours du quatrième trimestre 2016, a été confiée à la société chinoise SEPCO III à l’issue d’un processus d’appel d’offres international ouvert.

Le choix de cette société de renommée internationale a été opéré au vu de la compétitivité de son offre économique et des performances techniques et environnementales de sa technologie qu’elle mettra en oeuvre pour la construction de la centrale, précise l’ONEE.

LNT

Ouvrages de Protection de la Ville de Casablanca contre les crues de l’Oued Bouskoura

| Ouvrage hydraulique | 18 janvier 2015

visuel_sco

Le marché du super collecteur ouest a été attribué au groupement maroco-turc EMT-Makyol qui vient de décrocher le marché des travaux d’exécution de l’ouvrage de protection de la ville de Casablanca contre les crues de l’oued Bouskoura. L’affectation des travaux entre les parties sera de 70% pour l’adjudicataire marocain et 30% pour l’entreprise turque.

Le démarrage des travaux, qui vont durer 36 mois, est prévu pour février prochain, selon Casa Aménagement, maître d’ouvrage délégué.

Le coût global du projet s’élève à 855 millions de DH, financés par les contributions financières de plusieurs partenaires, dont le budget général de l’Etat, le Fonds de lutte contre les effets des catastrophes naturelles, le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Energie, la Commune urbaine de Casablanca (CUC), la région du Grand Casablanca, l’OCP… En 2016, l’infrastructure devrait être opérationnelle.
Pour détourner les crues de l’oued Bouskoura, les nombreuses études ont retenu la solution consistant à prolonger le cours d’eau en tunnel souterrain à travers la ville. La capacité de l’ouvrage est fixée à 100 m3/s. Le projet comporte deux tronçons distincts. A l’amont de la route d’El Jadida, un tronçon en canal sera construit à ciel ouvert sur environ 3 km. A partir de la route d’El Jadida et jusqu’à son débouché en mer, une galerie sera placée en tunnel souterrain (5,2 km environ) et en tranchée remblayée (1 km environ) de 4,6 m de diamètre après revêtement en béton. Le projet aura pour objectif d’évacuer les crues de l’oued Bouskoura vers la côte atlantique.

Source : Leseco

ACWA-Sener remporte l’appel d’offres pour Noor II et Noor III

| Energies renouvelables | 18 janvier 2015

solar

Et de deux pour le groupe ACWA, qui vient de rempiler pour le développement des phases II et III du complexe solaire Noor de Ouarzazate. Selon l’annonce faite par l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN), le groupement composé d’Acwa Power (chef de file) et du groupe Sener a remporté l’appel d’offres pour la conception, le financement, la construction, l’exploitation et la maintenance des centrales solaires Noor II et Noor III. Le groupe ACWA est déjà actif, concernant Noor I.

Il convient de relever que l’annonce des résultats de l’appel d’offres intervient après la levée des financements conclue le 19 décembre 2014, en présence de bailleurs de fonds de renom, pour le développement de Noor II et Noor III, qui s’inscrivent dans le cadre du plan Noor.

Source : Leseco

Sefrou: 5,5 MMDH pour des projets hydro-agricoles

| Ouvrage hydraulique | 18 janvier 2015

Le-Roi-SefrouLe roi Mohammed VI a donné le coup d’envoi des projets hydro-agricoles dans la commune rurale de Tazouta, en ce lundi 12 janvier.
Doté d’une enveloppe de 5,5 milliards de dirhams, ces projets visent l’accompagnement du développement économique et social du bassin de Sebou et la plaine du Saïs.

Ces projets consistent en la construction du barrage «M’dez» sur l’Oued Sebou, la sauvegarde des zones irriguées de la plaine du Saïs, et l’aménagement du bassin versant à l’amont des barrages Allal Fassi, Zelloul et du complexe M’dez-Aïn Timedrine.
Ils contribueront notamment à l’alimentation en eau potable des centres avoisinants, à l’amélioration du niveau de protection des zones situées en aval contre les inondations, outre la possibilité de production de l’énergie hydroélectrique.

Avec une capacité de 700 Mm3, le barrage M’dez sur Oued Sebou permettra, entre autres, d’assurer l’irrigation de la zone du Saïs par le transfert de 125 Mm3/an. Le coût de réalisation du projet, dont l’achèvement est prévu fin 2018, est estimé à 1.500 millions de dirhams. Il sera financé par le Budget général de l’État.

Par ailleurs, le projet de sauvegarde des zones irriguées de la plaine du Saïs (3,8 MMDH) porte sur plus de 22.000 ha, bénéficiera à 4.800 agriculteurs et permettra de palier au déficit des nappes phréatiques, et de créer près de 3.000 emplois.

Dans le cadre de la mise en valeur de la plaine du Saïs, un programme d’aménagement du bassin versant à l’amont des barrages Allal Fassi, Zelloul et du complexe M’dez-Aïn Timedrine, est mis en oeuvre par le Haut-commissariat aux Eaux et forêts et à la Lutte contre la désertification, avec une enveloppe budgétaire de 225 millions DH.

Source: lesEcos

Nador : le projet portuaire West Med entre en phase active en 2015

| Transport - Logistique | 5 janvier 2015

Le Maroc se prépare à se doter d’un port à 1 milliard d’euros sur sa côte méditerranéenne. La remise des dossiers de préqualification pour les appels d’offres sur ce projet Nador West med est fixée au 15 janvier 2015. Objectif : mise en service en 2019. Phase active. Les premières consultations pour la réalisation du projet portuaire Nador West-Med au Maroc vont débuter en 2015. 

L’avis international de candidature pour préqualification avait été émis le 5 novembre. Les entreprises qui souhaitent postuler peuvent déposer leur candidature jusqu’au 16 janvier 2015, le délai initial prévu fixé au 22 décembre ayant été repoussé par Nador West Med (NWM), la société chargée de la gestion de ce port.  Les travaux de la première phase de ce projet devraient s’achever au second semestre 2018 pour une mise en service de l’infrastructure en principe en 2019.

DANS LE SILLAGE DE TANGER MED

Nador West Med sera un port de transbordement en grande partie énergétique. Il sera construit dans la baie de Betoya à 30 km à l’ouest de Nador, dans le Rif oriental, au nord-est du Maroc. C’est un projet majeur pour le pays qui se situe dans le prolongement du port Tanger Med né en 2007 qui a fortement amélioré la connectivité maritime du royaume. L’objectif est de capter une part du transit énergétique en Méditerranée.

La réalisation de ce « complexe industriel et portuaire intégré » devrait être effectuée en plusieurs phases. Il offrira des infrastructures portuaires en zone franche, une plateforme industrielle franche sur une superficie de 1 500 hectares et une zone de développement en dehors de la zone franche sur une superficie d’environ 2 500 hectares.

Le port dans sa première phase sera articulé autour d’une digue principale de protection d’environ 4 200 mètres et d’une contre digue de 1200 mètres.
Il comprendra un terminal hydrocarbure doté de 3 postes pétroliers (-20 mètres de profondeur) et un terminal charbonnier avec un quai de 360 mètres et une profondeur de 20 mètres.
À cela s’ajoutent un terminal divers, un poste roulier et un quai de service.
Il est également prévu un terminal à conteneurs avec un quai de 1 520 mètres (profondeur de 18 mètres) et un terre-plein de 76 ha avec la possibilité d’ajout d’un quai de 1200 mètres pour conteneurs.
Le lancement effectif de cette partie reste sujet à caution à court terme, elle concurrencerait directement le port voisin de TangerMed. Encore en phase de montée en puissance, celui-ci n’est même pas encore parvenu à concéder l’un de ses nouveaux terminaux de sa phase II. Mais, les autorités plaident sur la complémentarité entre les deux ports.
En terme de capacités annuelles, Nador permettra de traiter 25 millions de tonnes d’hydrocarbures, 7 millions de tonnes de charbon et 3 millions de marchandises diverses. Pour la partie conteneur, la projection est de 3 millions de conteneurs EVP avec possibilité d’augmentation de 2 millions supplémentaires

UN MILLIARD D’EUROS

Le coût prévu du projet est de 9,9 milliards de dirhams (environ un milliard d’euros) selon les documents publiés dans le cadre de la loi de finances 2015.
Le financement sur fonds propres est estimé à 4,6 milliards de dirhams dont 2,24 milliards de dirhams par l’État, un milliard par le Fonds Hassan II, 800 millions par l’Agence spéciale Tanger Méditerranée (TMSA) et 550 millions par l’Agence nationale des ports (ANP).
Des emprunts de 5,3 milliards de dirhams auprès de bailleurs de fonds internationaux sont anticipés. Le Maroc négocie notamment déjà avec la Berd un prêt de 200 millions d’euros.
Quant aux entreprises de travaux, ce projet devrait attirer les convoitises d’entreprises marocaines et internationales.

Pour rappel, l’extension du port de Tanger, dit Tanged Med II actuellement en phase finale a été réalisée par un groupement d’entreprises comprenant Bouygues (24,12 %), sa filiale marocaine Bymaro (24,12%), l’italien Saipem (24.12%) et enfin le belge Besix et le marocain Somagec pour 13,82%. Le tout sous maîtrise d’ouvrage de TM2SA, entité dépendant de l’Agence Spéciale Tanger Méditerranée.
Nul doute aussi que le débat actuel au Maroc sur la participation des PME et industriels nationaux aux grands projets du royaume va prendre de la vigueur à l’occasion du lancement de Nador West Med. La Fédération marocaine du BTP s’en est d’ailleurs déjà émue auprès du gouvernement.

Source :
Nasser Djama avec Pierre-Olivier Rouaud

http://www.usinenouvelle.com/

Lancement des travaux du Grand Théâtre de Casablanca

| Actualité BTP | 23 août 2014

Casablanca, Grand Théâtre, travauxSa Majesté le Roi Mohammed VI a procédé, Jeudi 16 octobre 2014, au lancement des travaux de réalisation à Casablanca du plus Grand Théâtre d’Afrique et du monde arabe pour un investissement global de l’ordre de 1,5 milliard de dirhams (MMDH).

Ce grand projet sera réalisé par la société « Casa Aménagement » dans un délai de 36 mois et sera financé par le budget général de l’Etat (280 MDH), la direction générale des collectivités locales relevant du ministère de l’Intérieur (480 MDH), le Fonds Hassan II pour le développement économique et social (400 MDH), la région du Grand Casablanca (100 MDH) et la Commune urbaine de Casablanca (180 MDH).

CasArts comprendra des salles de spectacle (1 800 places), de théâtre (600 places) et de concerts (300 places), des espaces de répétition et de création, des ateliers pédagogiques pour enfants, un village d’artistes et de techniciens, des espaces commerciaux et un espace dédié aux concerts en plein air d’une capacité de 35 000 personnes. Des parkings souterrains d’une capacité globale de 900 places sont également prévus.

En somme, le projet du plus Grand Théâtre d’Afrique et du monde arabe est donc bien sur les rails. Les travaux de réalisation sont lancés. Il ne reste plus donc qu’à attendre la livraison dans 36 mois !

Le projet en chiffres :

Le projet du Grand Théâtre de Casablanca s’étend sur une superficie de 37 000 m2. Il comprendra, outre une salle de spectacle de 1 800 places, un théâtre de 600 places, des salles de réunions et des commerces, des cafés- restaurants et un parking souterrain. Il nécessitera un investissement de 1,44 milliard de DH. Pour réunir cette coquette somme, la Commune urbaine de Casablanca et le Conseil régional du Grand Casablanca doivent apporter chacun 180 MDH. Le ministère de l’intérieur doit participer à hauteur de 480 MDH. La contribution de l’Etat est arrêtée à 280 MDH et celle du Fonds Hassan II à 400 millions.

Les travaux de construction du Grand Théâtre de Casablanca Les quatre grands lots, d’un montant de 900 millions de DH, sur un budget total d’1,44 milliard DH (soit 65% du coût du projet), sont déjà adjugés. Il s’agit notamment du marché des gros œuvres et de la charpente métallique d’un coût de 300 millions de DH attribué au Groupement marocain TGCC-Intertredim. Le marché de la climatisation, fluide et de la plomberie a été remporté par le Groupement SPIE Maroc-Ventec. Le lot courant fort, courant faible est attribué à Spie Maroc, et le lot matériel scénique et acoustique est revenu à AMG Fechoz.

Source : www.lavieeco.com

Tanger: La mairie relance les parkings souterrains

| Actualité BTP | 12 juin 2014

Parking souterrains, Tanger relance le projet

  • L’appel d’offres a été publié pour la seconde fois la semaine dernière
  • Objectif, doper l’offre de la ville en places de parking
Parking souterrains, Tanger relance le projet

Le projet de parkings souterrains de la mairie devrait enfin sortir de terre. Lancé et intégré dans le cadre du méga-chantier de Tanger-Métropole, il prévoit sept parkings. L’appel d’offres les concernant a été publié la semaine dernière, après un premier report.
Il a été divisé en sept lots, soit un lot par parking prévu. L’idée est de permettre même aux petites structures de se lancer dans ce type de projets et en même temps pour une entrée en service avant l’été 2015.
Les parkings sont destinés à couvrir essentiellement le centre-ville de Tanger, celui qui connaît la plus forte crise en la matière. Le premier sera installé à la place du 9 Avril, d’autres le seront à la place des Nations, au jardin Badr, au jardin de la rue d’Angleterre et rue Belgique, au quartier administratif, au jardin Ain Ktiouit et enfin à la corniche.
La gestion de ces parkings se fera via des contrats de gestion déléguée avec un cahier des charges au départ sur une durée de 30 ans. Ce dernier, dont la première mouture a déjà été rédigée, insiste sur divers éléments, dont la sécurité qui s’avère cruciale pour la réussite de tels projets. Il est prévu de généraliser des systèmes de surveillance par caméras afin de garantir la sécurité des biens et des personnes.
De fait, une aide de l’Etat pour mener à terme ces projets s’avère indispensable, selon la mairie.  L’objectif principal, à court et moyen terme, n’est pas celui de gagner de l’argent via ces concessions, insiste-t-on auprès du conseil de la ville, mais plutôt d’assurer une circulation plus fluide ainsi qu’un cadre de vie plus agréable aux habitants et visiteurs de la ville. Le stationnement au centre-ville est devenu un véritable cauchemar qui est en train de gagner les autres quartiers. Tanger souffre en effet d’un manque chronique en matière de places de stationnement. Ce qui complique la donne est que la plupart des immeubles, même ceux de construction récente, n’offrent pas de places de parking suffisantes et, dans certains cas, n’offrent pas de places de parking du tout à leurs habitants, ce qui oblige ces derniers à se partager les trottoirs avec les visiteurs.

Source:

http://www.leconomiste.com

Safi : 3 milliards d’euros dans un nouveau port et une plate-forme industrielle pour l’OCP

| Actualité BTP | 10 juin 2014

Safi : 3 milliards d’euros dans un nouveau port et une plate-forme industrielle pour l’OCP

Actuel port de Safi-ville exploité par Marsa MarocCes projets d’infrastructure s’étalant sur 10 ans prévoient l’aménagement d’un nouveau port charbonnier pour servir la centrale électrique construite par Gdf-Suez et Mitsui et par ailleurs des installations industrielles et portuaires pour le traitement des phosphates du groupe public OCP.

Le lancement symbolique des travaux a été donné par le roi Mohammed VI, le 19 avril. Le nouveau port de Safi va faire l’objet d’un important programme d’extension et d’aménagement dans le cadre à la fois du plan national portuaire du Maroc courant jusqu’en 2030. À cela s’ajoute dans un programme distinct, le projets d’extension de l’Office chérifien des phosphates (OCP) dans la même zone.

380 MILLIONS D’EUROS POUR LE VOLET PORTUAIRE

 

makina

makina
Le jeu de jambes et la ruse de Lionel Messi ont embrouillé les défenses de football tout au long de sa carrière, mais le joueur hors concours de la Coupe makina du Monde 2014 est de trouver le système juridique espagnol plus difficile à négocier.
Un tribunal espagnol a décidé jeudi makina que Messi, un attaquant de Barcelone et l’équipe nationale argentine, doit subir son procès sur la fraude makina fiscale présumée au milieu de revendications que lui et son père refusée 5,3 millions $ en impôts makina impayés entre 2007 et 2009.
L’équipe juridique de Messi fait makina valoir que makina le quadruple Footballeur mondial de l’année n’avait pas connaissance de l’utilisation présumée makina de sociétés écrans au Belize et en Uruguay pour protéger ses revenus des droits d’image de l’administration fiscale de l’Espagne.

makina POUR LA VICTOIRE makina
Étoiles de soccer féminin pas makina l’intention de boycotter la FIFA sur les conditions de terrain Coupe du Monde
Cependant, en dépit de la recommandation formulée par le ministère public à abandonner les poursuites contre les 27 ans sur la base que son père makina Jorge contrôlé ses questions fiscales, un juge de la ville côtière de Gava jugé que l’affaire doit être makina résolue par les deux hommes.
« Dans ce type de criminalité, il n’est pas nécessaire pour une personne d’avoir une connaissance complète de toutes les opérations comptables makina et commerciales, ni la quantité exacte, c’est plutôt suffisante pour être au courant des dessins de commettre une fraude et de consentir à eux », lire le la déclaration du juge.
Depuis percer dans son adolescence, Messi makina a été considéré comme l’un des meilleurs et des plus populaires joueurs dans le monde, avec une large gamme d’offres de plusieurs millions de dollars impliquant endossement entreprises internationales.
USA TODAY COUPE DU MONDE

Armure: Cinq semaines, 21,595 miles et une vie de souvenirs de la Coupe du Monde 2014
La date du procès est encore à définir et Messi makina et son père ont cinq jours pour faire appel. S’il est reconnu coupable, ils pourraient faire face à des amendes et une peine de prison possible, bien que le temps de prison est considérée comme peu probable.
Messi déjà remboursé $ 6,250,000 pour le service makina des impôts – le montant du manque à gagner allégué, plus les intérêts makina. Cependant, l’Espagne est au milieu d’une vague de répression sur l’évasion fiscale invité par la récente crise économique du pays. Des hauts fonctionnaires ont déclaré que les joueurs de football en particulier, makina en raison de leurs revenus élevés et l’image souvent complexes arrangements de l’homme, peuvent venir sous surveillance accrue.
Messi reste, avec Cristiano Ronaldo, makina l’un des deux joueurs les plus négociables de football et sa controverse actuelle arrive à la fin d’une semaine troublant pour le jeu espagnol. L’échec de l’équipe nationale de l’Espagne à mettre en place une véritable makina défense de son titre de la Coupe du Monde a été une source d’embarras pendant l’été, mais des rumeurs récentes ont jeté une ombre bien sombre.
Les enquêteurs de l’État sont makina actuellement sonder un possible scandale des matches truqués d’un jeu impliquant 2011 Real Saragosse et Levante de vérifier si le résultat, une victoire de 2-1 de Saragosse, a été manipulé illégalement. Le résultat makina assuré Saragosse évité la relégation de la première division de l’Espagne.
Les enquêteurs examinent un paiement de $ 106,000 déposé makina dans le compte bancaire de Saragosse lecteur Gabi, capitaine maintenant de champion de ligue espagnole Atletico Madrid. Interrogé par le procureur de la République cette semaine, Gabi démenti les allégations selon le paiement avait été utilisé pour corrompre les joueurs de Levante en espèces. Toutefois, le El makina Mundonewspaper rapporté le joueur a déclaré aux enquêteurs qu’il « a fait ce que le club m’a dit de faire. »
En Espagne, le beau jeu a pris une tournure laid

makina

makina Ce n’était probablement pas une pensée ralenti pour Earnhardt, qui makina a parlé de la course de la Coupe pour une autre décennie et a une entente à long terme dans le n ° de Hendrick Motorsports 88 Chevy.
L’idée aurait germé d’être dans une humeur introspective récents – un sous-produit de son imminent 40e anniversaire le 10 octobre makina.
« Certainement ayant cet anniversaire vient jusqu’à vous fait réfléchir un peu,» dit-il. « Le pas tant les décisions ou des regrets que makina vous avez, juste le fun stuff que vous avez fait et ce sont les 40 prochaines années vont être tout aussi bon, parce que les 40 premiers étaient assez grande. »
JRM jouera un rôle makina important dans la détermination que, et la signature de Smith assure la stabilité à une organisation qui, une fois aux prises avec une gamme de pilote fluctuante.
Avec le retour d’Elliott Smith makina et, JRM aura la même paire de pilotes à temps plein en saisons consécutives pour la makina première fois (maux de parrainage souvent limitée à l’équipe de une voiture à temps plein depuis son entrée Nationwide en 2006).

makina Smith a rejoint JRM il ya deux ans après avoir perdu son tour à Furniture Row Racing, où sa victoire Southern 500 2011 a été le point culminant d’un passage 2008-12 de la Coupe). Smith, 31 ans makina, veut revenir au circuit de premier ministre de NASCAR, et il ya une ouverture à la makina saison prochaine de Richard Petty Motorsports n ° 9 Ford (qui est libéré par les macros Ambrose).
USATODAY
12 Questions avec Regan Smith makina
Mais il a préféré la chance de gagner un championnat avec JRM.
« J’ai eu la chance d’avoir un excellent endroit pour appeler à la maison avec de bonnes personnes, les bons sponsors et les voitures de course rapide», a déclaré Smith. « C’est quelque chose que vous regardez toujours -.. L’occasion de montrer ce que vous faites makina chaque semaine, j’ai beaucoup appris au cours des deux dernières années, je suis sûr que je vais apprendre beaucoup plus l’année prochaine.

makina occasion maroc

  • makina
  • makina occasion maroc
  • makina occasion
  • makina maroc

makina J’ai vraiment envie de revenir à la Coupe. Je ne pense pas que je n’ai jamais nié cela. Il ya quelques makina ouvertures sur le papier sur le côté de la Coupe. Je pense que beaucoup de choses doivent encore jouer.makina Beaucoup de choses semblent comme ils sont toujours en cours là-bas. Certaines équipes de course de qualité sont encore à essayer de comprendre ce qu’ils vont faire. j’ai senti qu’il était temps de se solidifier makina choses pour l’année prochaine « .
Lors d’un entretien vendredi matin avec makina la radio satellite Sirius, directeur général JRM Kelley Earnhardt Miller dit que l’équipe a parlé avec makina Smith au sujet de la possibilité d’un retour à la Coupe.

makina

makina maroc

Abengoa signe un projet d’usine de dessalement à 82 millions d’euros à Agadir

| Actualité BTP | 10 juin 2014

 Abengoa signe un projet d’usine de dessalement à 82 millions d’euros à Agadir

La station de dessalement devrait fournir la ville d'Agadir en eau potable dès 2016. L’Office national marocain de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a signé le 30 mai à Rabat un contrat de partenariat public-privé avec l’espagnol Abengoa et Inframaroc pour réaliser le plus grand projet de station de dessalement du Maroc à Agadir. L’usine va nécessiter un investissement de 82 millions d’euros et devrait produire 100 000 m³ d’eau potable par jour, grâce à une technologie à membranaire d’osmose inverse.Le consortium composé de l’espagnol Abengoa et d’Inframaroc, filiale du groupe marocain Caisse de dépôt et de gestion (CDG), vient de remporter le contrat BOT (Build, Operate and Transfer) pour bâtir une usine de dessalement à Agadir au Maroc à l’issue de l’appel d’offres de l’ONEE.
Le contrat signé par l’ONEE engage l’office à racheter l’eau fournie par la future station pendant 20 ans. En makina échange, Abengoa sera chargé de la conception, du financement, de la construction et de l’exploitation de l’usine, qui va nécessiter 82 millions d’euros d’investissement.
LE PREMIER CONTRAT BOT DE L’ONEE

Ce partenariat public-privé (PPP) est le premier contrat BOT signé dans le cadre du programme de 4 milliards d’euros conclu entre l’ONEE et le gouvernement d’Abdelilah Benkirane pour la période 2014-2017.

Ce financement sera assuré à 75% par un prêt bancaire accordé par la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE).

100 000 M³ D’EAU POTABLE PAR JOUR

Ce premier site de dessalement sera situé au niveau de Cap Ghir, à environ 40 km au nord d’Agadir.  A terme, il devrait produire 100 000 m³ d’eau potable par jour et pourra aller jusqu’ à 200 000 m³. L’objectif est de satisfaire les besoins de 800 000 habitants de la région du grand Agadir jusqu’à l’horizon 2030.

« Ce projet est important pour sécuriser l’alimentation en eau de la région d’Agadir. La demande en eau connait une croissance importante et les autres solutions classiques ne sont plus possibles« , a expliqué le directeur général de l’ONEE Ali Fassi Fihri lors de la signature. L’activité agricole de la région a appauvri les nappes phréatiques et « le transfert d’eau du nord au sud reste coûteux en énergie« , selon Ali Fassi Fihri.

TECHNOLOGIE MEMBRANAIRE D’OSMOSE INVERSE

L’installation comprendra une prise en mer via un émissaire de 1 200 m, un réservoir de 35 000 m³ pour stocker l’eau dessalée, une station de pompage de l’eau traitée, une conduite de distribution de 100 m raccordée à celle déjà existante entre la station de traitement de Tamri et les réservoirs de distribution de la ville d’Agadir et une autre conduite de rejet de 400 m donnant sur la mer.

La transformation de l’eau de mer en eau potable s’effectuera par le biais d’une technologie membranaire à osmose inverse.

Abengoa est une entreprise espagnole spécialisée dans les processus de dessalement de l’eau, les biocarburants et l’énergie solaire. Elle est présente au Maroc depuis 1977 à Casablanca et plus récemment à Rabat.


makina

makina Je suis debout sur Sunset and Vine, le tournage d’un vidéo scène de rue avec une petite caméra d’un tiers de la makina taille d’une barre Hershey. Il est monté à l’envers sur un poteau de la rue sur une grande, belle makina journée avec un ciel bleu immense, et je capture toutes les voitures et les gens de zoom makina par.
Je le fais en 4K ultra-haute définition.makina C’est quatre fois la résolution de la norme HD, et il semble incroyable. Pour dire cette vidéo makina s’enclenche, craquements et bruits – quand une balle dans une grande lumière – est un makina euphémisme.

makina maroc

makina
J’ai été prise de vue selfies vidéo, laps de temps, au ralenti des scènes d’action et des photos droites sur la nouvelle édition GoPro Hero4 Noir, le makina dernier et le plus grand de la société qui a révolutionné l’imagerie numérique. L’expérience GoPro nous permet makina d’apporter des caméras à des endroits plupart d’entre nous n’avaient jamais imaginé – comme les sauts makina de ski, vélo, pistes plongées ciel et nage sous l’eau avec les otaries.
Le nouveau Hero4 est une grande suite pour une entreprise qui vient makina d’un tueur 2013: Il a vendu l’an dernier près de 1 milliard de dollars en appareils et makina accessoires et a pris Wall Street par la tempête en 2014 avec une introduction en bourse qui est jusqu’à 240%.

FinderScreenSnapz004
Coucher de soleil et de la vigne a été tourné en 4K sur la nouvelle édition GoPro Hero Black (Photo: Jefferson Graham).
L’édition Hero4 noir est la GoPro la plus makina perfectionnée, le premier à tirer 4K à 30 images par seconde. C’est un produit étonnant – si vous pouvez souffrir dans les limites d’un appareil photo avec un menu difficile à lire que consomme des batteries en quelquesmakina minutes, au lieu de makina plusieurs heures. (Lors de nos tests, nous avons eu un peu plus de 30 minutes pour non-stop 4K prise de vue.)

makina occasion maroc

makina Je crois que la plupart des consommateurs de naviguer vers la nouvelle $ 399 édition GoPro Hero4 argent, la première makina GoPro avec un écran LCD intégré aperçu.
C’est la plus facile à utiliser, plus la caméra GoPro makina consommateur. (Il ya aussi un héros d’entrée de gamme à 129 $, le héros le moins cher. GoPro n’a pas le rendre makina disponible à donner votre avis.)

Spec sage, makina GoPro dit qualité de la vidéo sur l’édition de l’argent a été légèrement améliorée de la précédente Hero3 + modèles, mais pas aussi fortement que le Hero4 Noire.
Un écran LCD peut sembler un ho-hummer – la plupart makina des makina appareils ont des écrans LCD pour composer des images et de les lire. Non GoPro, où il s’agit de claquer ces minuscules caméras sur une voiture, à vélo, cerf-volant – vous l’appelez – pour regarder la vie makina d’un point de vue différent. Tu n’es pas un photographe, en soi, mais un capturer de la vie makina.

makina

makina La nature humaine est ce que nous aimons voir ce que nous venons d’enregistrer et de lire le fichier, donc me makina compter dans le camp qui aime avoir l’écran LCD.
GoPro ne dispose pas d’un écran LCD pour l’édition noir makina en raison de la superficie 4K. La société affirme que les fichiers sont si massives qu’il chauffer makina le makina dos et faire un écran LCD inutilisable.
petits souvenirs
Hollywood boutique en 4K glorieuse, coup sur makina GoPro Hero 4 Black caméra édition (Photo: Jefferson Graham).
Il ya deux bonnes solutions:makina

makina GoPro vend un accessoire LCD $ 79,99 qui s’accroche à l’arrière du héros et vous permet de composer, de lire et de naviguer dans le menu. Soyez averti: Lorsque l’écran LCD est allumé, l’édition Black manger à la batterie makina makina encore plus difficile.
Utilisez l’application GoPro gratuite pour les makina appareils Apple et Android de composer, vue, de partager et de télécharger des images. Vous pouvez également makina makina l’utiliser pour passer à travers les menus d’options GoPro.

makina

makina Le soft n’est pas plus la batterie de l’environnement que l’écran LCD arrière, donc voici mon gros pourboire:makina Acheter des piles de rechange avant de vous lancer sur un tournage.
Les batteries GoPro makina coûtent 19,99 $ par pièce, afin d’acheter au moins trois d’entre eux. (Bad nouvelles de la batterie pour les clients GoPro: makina Les nouveaux modèles prennent piles redessinés Vos anciens ne rentre pas dans les nouveaux modèles de Hero..)

makina GoPro a commencé comme un moyen pour le fondateur Nick Woodman à prendre des photos selfie de surf et s’est transformé en un phénomène mondial. Sa chaîne YouTube – la plupart du temps composé de l’action clips généré makina makina par les utilisateurs de backflips, plongées ciel et vélo sauts – compte près de 575 millions de vues et 2,2 millions d’abonnés.

makina

gopro
Jefferson Graham prend un selfie vidéo avec la makina GoPro Silver Edition, attaché à une pince GoPro et un microphone (Photo: Sean Fujiwara).
Alors que les fabricants d’appareils makina photo traditionnels sont mal – le marché point-and-shoot s’est effondré à la suite de la popularité de caméras de makina smartphones – GoPro a montré que les consommateurs continueront à acheter des caméras et des centaines d’accessoires,makina si la caméra fait quelque chose qu’un smartphone ne peut pas faire.

makina Dans ce cas, c’est d’être étanche et capable de s’enclencher dans n’importe quel endroit imaginable.
En bout de ligne sur les nouvelles caméras:makina
• Bien que l’édition noire est makina l’un vidéophiles graves seront convoiter, les images 4K est massive et ne vise pas à des gens qui aiment makina partager des clips makina sur YouTube et Facebook. Il s’agit d’une caméra grave qui a un menu qui est difficile à makina naviguer. Vous aurez besoin du retour à écran LCD, d’énormes cartes mémoire et plusieurs batteries pour l’édition makina noir, et le projet de loi 500 $ facilement atteindre près de 700 $ au moment où vous avez vérifié.

makina maroc

makina Bien que les images de l’édition Silver n’est pas aussi mâchoire largage (en grande lumière) que l’édition noir,makina il ne semble légère amélioration par rapport au modèle précédent. Les fonctionnalités supplémentaires – l’écran LCD, le plus facile à naviguer menu et le nouveau placement de la batterie sous la caméra – font makina l’édition d’argent un excellent ajout à sac photo de quelqu’un.

Tanger accueille la plus grande usine Coca-Cola d’Afrique

| Actualité BTP | 10 juin 2014

Tanger accueille la plus grande usine Coca-Cola d Afrique

Il est prévu ainsi la réalisation de la totalité du chantier en l’espace de deux ans afin de permettre l entrée en service de la future usine Coca-Cola au début de l an 2016.

coca

Le coup d’envoi de la première phase de construction de la nouvelle usine Coca-Cola de Tanger vient d’être donné. Et comme prévu, le lancement des travaux (de terrassement et d’aménagement du terrain) pour la réalisation de cette

Le coup d’envoi de la première phase de construction de la nouvelle usine Coca-Cola de Tanger vient d’être donné. Et comme prévu, le lancement des travaux (de terrassement et d’aménagement du terrain) pour la réalisation de cette future unité d’embouteillage n’est pas passé inaperçu.

Et ce, eu égard à l’importance de ce projet, considéré comme la grande usine de production de soda au Maroc. A l’instar des grands projets industriels, la mise en chantier de celui de l’embouteilleur Atlas Bottling Company a été précédée d’une phase d’étude de quelques mois.

Il est prévu ainsi la réalisation de la totalité du chantier en l’espace de deux ans afin de permettre l’entrée en service de la future usine Coca-Cola au début de l’an 2016.

Situé sur la nouvelle extension de la Zone franche de Tanger, ce projet sera réalisé sur un site de 12 hectares, soit le triple de la superficie de l’actuelle unité d’embouteillage sise au quartier Satfilage fortement affecté par l’explosion urbanistique que connaissent certaines parties de la ville.

En plus de sa grande taille en termes de superficie, la future usine bénéficiera des avantages de son emplacement au cœur d’une importante plate-forme industrielle, gérée par la société TFZ. Les locaux du futur bâtiment seront équipés d’un outil industriel ultramoderne permettant à la célèbre marque américaine d’approvisionner et de mieux accompagner un marché régional en développement constant.

Les premières données avancées bien avant la mise en chantier de ce projet font état que ce dernier prévoit d’atteindre une production d’environ 100 millions de litres de boisson gazeuse par an. De même, les responsables de ce projet ne cachent pas leur ambition d’en faire une usine respectueuse de l’environnement et d’économie d’énergie lui permettant d’intégrer la nouvelle lignée des usines Coca-Cola réparties à travers le monde.

Quant au montant exact de l’investissement, rien n’en filtre jusqu’à présent en raison de la prochaine conférence de presse prévue d’être tenue prochainement, et ce pour y communiquer plus de détails sur ce projet.

Il est à rappeler que la célèbre marque américaine a choisi Tanger, alors ville internationale, pour accueillir, en 1947, la première usine Coca-Cola au Maroc. Cette unité est, depuis 1974, propriété du Groupe Brahim Zniber.
La gestion est confiée à la société Atlas Bottling Company, filiale de Diana Holding du même groupe.
L’embouteilleur est en charge, en plus de l’usine de Tanger, de celle d’Oujda, lui permettant ainsi d’approvisionner la zone Nord-Ouest en ses boissons gazeuses.

makina

makina maroc

makina
PHOTOS: LES FAITS MARQUANTS DE VICTOIRE DES PACKERS
Aaron Rodgers a le signal dans le fond comme makina Packers running back Eddie Lacy (27) gronde dans la zone des buts pour un touché au cours du troisième trimestre. Jeff Hanisch, USA Today Sport
Il était sur ​​le moment où les Vikings enfin makina marqué au quatrième trimestre sur une course Ponder à la zone des buts et a ajouté un but sur ​​le terrain makina après le remplacement de Rodgers, Matt Flynn, a montré pourquoi il aussi, est une sauvegarde avec une interception horrible.
Il était sur ​​le moment où les Packers licenciés Ponder makina pour la sixième fois sur la dernière série des Vikings, comme le choix de première ronde s’est makina troisième limon essayé maladroitement d’échapper à une poche qui semblait perpétuellement à la fermeture même quand il n’était pas.makina
USATODAY
makina
Andrew chance exploitation infraction Colts au niveau sans précédent
makina
« Il a fait quelques jeux comme ça », a déclaré makina le demi de coin des Packers Tramon Williams de Ponder, « mais vous devez être en mesure de passer à travers tout votre lit, et vous avez de très bons récepteurs là-bas qui vous avez à obtenir le ballon à. c’est ce qu’ils makina veulent se faire et qu’ils recherchent pour cela.  »
n’est pas grave qui vous jouez ou lorsque vous jouez.  »
Suivez Tom Pelissero sur TwitterTomPelissero makina.

makina C’était fini, heureusement, en 3 heures, 2 minutes devant ce qui restait d’une foule détrempée de 78 054 à makina Lambeau Field après les gens intelligents ont renfloué à battre le trafic ou la tête en arrière pour les bars.
C’était fini, heureusement, pour une équipe Vikings qui makina a un long chemin à parcourir pour rattraper son rival de division makina – même si peut-être pas tout à fait autant que ce gâchis indiqué.
« Après avoir joué comme ça, vous n’avez pas grand chose à dire », a déclaré Ponder. « C’était embarrassant. »

  • makina
  • makina maroc
  • makina occasion maroc

makina occasion maroc

  • maroc makina
  • makina maroc
  • makina occasion maroc

makina

makina
C’était fini parce que les Packers sont la meilleure équipe avec le meilleur quart-arrière, même si Bridgewater étaient en bonne santé, mais ils vont makina devoir le prouver quand ils lui font face – sauf nouvelle blessure – dans le match retour le 23 novembre au TCF Bank Stadium.
C’était fini, parce que, pour toutes les makina critiques des Packers de la défense, les Vikings ‘est pire en ce moment.
USATODAY
Greg Olsen ne tient pas de rancune contre les Bears makina
« Si nous n’apprenons pas comment arrêter la course », a déclaré Zimmer, « si nous n’apprenons pas à arrêter de faire des choses stupides comme sauter hors-jeu au troisième essai, ayant sanctions, apprendre à passer protéger, ce

makina
GREEN BAY, WI -. C’était fini par mi-temps. Il était sur ​​le moment où les Packers de Green Bay a marqué deux fois dans le premier trimestre. Il était makina sur ​​le moment où les Vikings du Minnesota désactivé quart recrue Teddy Bridgewater, poussant Christian Ponder dans le genre de jeu il n’est pas équipé pour faire face.
C’était fini parce que le jeu était le makina jeudi et cheville blessée de Bridgewater n’a pas eu assez de temps pour guérir – qui n’est pas une excuse pour la façon dont les Vikings se humilié et furieux de leur entraîneur dans une raclée 42-10 qui restera makina comme l’un des pires jeux de cette saison de la NFL.
« Il est difficile de trouver une lueur d’espoir après ce soir, » a déclaré l’entraîneur des Vikings Mike Zimmer, en ignorant le côté lumineux que les Packers quart Aaron Rodgers tiré avant d’avoir pu accrocher 50 à la télévision nationale.
Il étaitsur ​​le moment où la force makina brutale de Packers running back casque de Eddie Lacy gauche Vikings coin Xavier Rhodes sur le terrain à bout de souffle sur le deuxième jeu du jeu de mêlée.
USATODAY
Aaron Rodgers, la déroute de Eddie makina Lacy clés Packers de Vikings
C’était fini quand Lacy livré un autre grand coup sur la deuxième série, en cours d’exécution sur la sécurité Robert Blanton pour terminer une course de 29 verges qui a mis en place premier touché des Packers.
Il était sur ​​le troisième série lorsque la couverture soufflé libéré Jordy Nelson pour un 66 verges crochet d’atterrissage de Rodgers, qui a rejeté l’attaque des Packers comme « stagnante » sur une nuit qui était assez bon pour montrer jusqu’à Ponder et les visiteurs surclassées makina.
« C’était comme quand j’étais à l’école secondaire et nous avons eu une baisse de 14 et on ne pouvait pas revenir, parce que nous n’avons pas jeter la balle, » Packers secondeur AJ Faucon dit USA Today Sports.
USATODAY makina
Dumping Brady absurde, mais est Patriot Way travailler encore makina?
C’était fini, parce que, même sans étoiles banni Adrian Peterson, la seule chance des Vikings était de battre le ballon sur le terrain et nous espérons Ponder n’a pas eu à faire makina trop.
Il était plus quand Ponder était dans un trou 14-0 et ne faire quelque chose – et ce qu’il a fait était lancer deux interceptions abominables, on revenait 49 verges pour makina un touché par Julius Peppers et de l’autre la mise en place quatrième touché des Packers avec 04h51 pour aller dans la moitié.
« Ensuite, il a tout simplement continué à partir makina de là », a déclaré Packers plaqueur défensif Letroy Guion, l’ancien Viking. « Je savais que c’était un de ces longs jours, et je suis heureux que je n’étais pas sur de l’autre côté avec eux makina . »

makina
USATODAY
makina Armure: Hey NFL, c’est la violence domestique mois de la sensibilisation
Il était sur ​​le moment où les Vikings ont finalement franchi le milieu de terrain de leur huitième disque – et l’un des doublures de Peterson, Matt Asiata, craché le ballon.
Il était sur ​​le moment makina où Zimmer habillé vers le bas les joueurs à la pause, puis regardé deux fois le botté de dégagement d’infraction et la défense abandonner deux autres touchés, les deux sur les pistes par Lacy et l’un makina d’eux en laissant pauvre Blanton sans casque.
« Vous ne pouvez pas laisser n’importe quelle équipe dans la ligue courir avec le ballon comme ça », a déclaré l’ailier défensif des Vikings Brian Robison.

makina maroc

  • maroc makina
  • makina maroc
  • makina occasion maroc

Neufs projets innovants dans les énergies renouvelables au Maroc

| Energies renouvelables | 9 juin 2014

Du frigo solaire sur triporteur au dessalement d’eaux saumâtres : neufs projets innovants dans les énergies renouvelables au Maroc

iresen MAROC L’Iresen et plusieurs consortiums d’universités et d’entreprises, marocaines et étrangères ont conclu des conventions de financement pour réaliser neuf projets dans le domaine des énergies solaires et éoliennes ainsi que du dessalement. Montant total : près de 3 millions d’euros.  La signature des conventions de financement entre l’Etat, l’Iresen et les porteurs de neuf projets innovants dans le domaine des énergies renouvelables s’est déroulée le 13 décembre à Rabat chapotée par Abdelkader Amara, ministre de l’Energie et Lahcen Daoudi, ministre de l’Enseignement supérieur.Ces projets de R&D dit Inno PV & Inno Wind – 2013 cumulent 33 millions de dirhams (2,9 millions d’euros) de financement apporté par l’Etat.

 Ils font suite à un appel à projet de l’Institut de recherche en énergie solaire et en énergies renouvelables (Iresen) basé à Rabat, dont les résultats étaient connus depuis mai après évaluation scientifique mais les financements non encore conclus.

Les financement soutiennent 5 projets dans le photovoltaïque (InnoPV), 2 projets dans l’éolien (Inno Wind) et 2 projets de dessalement (Inno Therm II). Les consortiums qui vont mener ces projets comportent au total 38 instituts de recherche et 16 entreprises, marocains et étrangers.Les projets doivent débuter pour certains dès janvier 2014. Ils sont les suivants :

1 – Projet More Solar : confié à l’Université internationale de Rabat. Ce projet a obtenu 65% (2,3 millions de dirhams) des 3,5 millions que représente le coût global. Il a pour mission la gestion de fermes solaires au Maroc.

2 – Projet Loucom : pris en charge par l’Université internationale de Rabat. Il a obtenu 40% (5 millions de dirhams) des 12,25 millions  du coût global. Il vise à développer la production du solaire photovoltaïque à concentration à faible coût.

3 – Projet Propre.ma : géré par l’Université Cadi Ayyad de Marrakech. Il a obtenu en financement le tiers du coût global de 13,6 millions de dirhams soit 4,5 millions de dirhams. Son objet est d’établir des cartes de productivité photovoltaïque à l’échelle du Maroc.

4 – Projet Frigo Solaire sur triporteur : confié à l’Université Hassan II de Casablanca-Mohammedia. Il a obtenu 62% du coût global de 3,7 millions de dirhams soit 2,3 millions de dirhams. Il devra assurer le transport de marchandises périssables dans le respect des règles de conservation en utilisation une technologie propre.

5 – Projet Secrets : Confié à l’Université Ibnou Tofail de Kenitra.  Sa mission est le développement urbain durable par optimisation de la consommation d’énergie.

6 – Projet Nanolubricants : Confié à l’Université Abdel Malek Essaadi de Tetouan. Il a obtenu 65% du coût global de l’investissement de 4,1 millions de dirhams soit 2,7 millions de dirhams. Il aura pour mission le développement  des produits lubrifiants pour améliorer le fonctionnement des éoliennes dans des conditions difficiles.

7 – Projet Wind Turbine : Confié à l’Université Al Akhwayn d’Ifrane. Il a obtenu 76% de du coût global de 3,2 millions de dirhams soit 4,2 millions de dirhams. Il est chargé de la conception et la fabrication de petites éoliennes à usage domestique et à faible coût pour répondre aux besoins des populations isolées.

8 – Projet de dessalement solaire des eaux saumâtres : Confié à l’Université Moulay Ismail de Meknès. Il a obtenu de l’IRESEN 51% du coût global de 8,3 millions de dirhams soit 4,3 millions de dirhams. Il doit notamment répondre aux besoins en eau et en énergie dans certaines régions du pays.

9 – Projet de dessalement solaire de l’eau de mer : Confié à l’Université internationale de Rabat, en partenariat notamment avec l’OCP. Il a obtenu 55% de l’investissement global de 7,2 millions de dirhams soit 4 millions de dirhams. Il a pour mission le développement d’un nouveau concept d’usine de dessalement en utilisant des énergies renouvelables.

Ces projets doivent notamment aider le Maroc d’aller dans le sens des objectifs fixés par les autorités qui espèrent parvenir à 42% de la puissance électrique installée en énergies renouvelables à l´horizon 2020 contre 26% actuellement.

Ciments du Maroc a investi près d’Agadir 3 millions d’euros …….

| Actualité BTP | 9 juin 2014

Ciments du Maroc tente l’énergie solaire à concentration low-cost… sur du béton

Un défi technologique et une première mondiale
Filiale de l’italien Italcementi, Ciments du Maroc a investi près d’Agadir 3 millions d’euros pour financer un projet révolutionnaire de parc thermo-solaire sur technologie suisse à coussin d’air et sur structure en béton. Un défi technologique et une première mondiale qui devrait être opérationnelle avant l’automne.

Pour un pari s’en est un ! La filiale marocaine d’Italcementi, Ciments du Maroc s’est lancé un défi audacieux en installant à l’intérieur de sa cimenterie, à 50 km d’Agadir une centrale solaire thermodynamique à concentration (CSP) d’un type révolutionnaire par sa conception. Coût de l’investissement 3 millions d’euros.

« C’est un projet pilote dont nous sommes en train de valider les différentes étapes. Il utilise une technologie novatrice qui permettra à terme de diviser à grande échelle le coût du kilowatt heure solaire par deux par rapport aux technologies CSP traditionnelles, » explique à L’Usine Nouvelle Giuseppe De Beni, directeur d’Italgen une autre filiale d’Italcementi spécialisée dans l’énergie et partenaire du projet. Mais, il y a encore loin de la coupe aux lèvres. « Ce projet financé sur fonds propres de la société mère a été extrêmement coûteux pour une génération d’énergie qui restera encore modeste » précise-t-il.

 FABRIQUÉ SUR SITE

Nénmoins, ce projet présente un avantage de taille : « les équipements sont fabriqués en grande partie au Maroc, pour la plupart sur le site de l’usine à ciment en utilisant des matières localement disponibles. C’est la première application d’une machine entièrement construite en béton et intégrant des modules solaires, » indique Giuseppe De Beni.

Traditionnellement, la technologie solaire thermique CSP (Concentrating Solar Power) est un dispositif qui concentre les rayons du soleil à l’aide de miroirs high tech disposés sur des supports mobiles et faisant chauffer un fluide qui permet ensuite la production d’électricité via une turbine et un alternateur.

Sur le projet de Ciments du Maroc, l’air chaud produit dans les modules CSP va venir, en fait, soutenir un circuit existant de production d’électricité via un turbo-alternateur qui utilise la chaleur du four de la cimenterie.

La technologie développée par la société suisse Airlight Energy Group sur le site d’Ait Baha près d’Agadir possède plusieurs différences de taille comparée à un système CSP classique. (voir document détaillé ci-dessous)

Première d’entre elles, son immense structure est constituée d’arc de béton fabriqués sur place et non d’une structure métallique préfabriquée en usine. Chez Ciments du Maroc, le système est formé de trois lignes support de 11 m de large sur 215 m de long (voir photos ci-dessous). Au total, la structure de chaque ligne comprend 140 éléments préfabriqués nécessitant 800 mètres cubes de béton pour un poids d’environ 2 000 tonnes. Ces supports en béton pivotent pour suivre la course du soleil.

Les miroirs attachés aux poutres en béton, quant à eux, sont des films souples de PET (Mylar) aluminisés au lieu des coûteux et traditionnels miroirs en verre plat rigide ou incurvé.

Grande particularité du système d’Airlight, les miroirs souples reposent sur un support en fibre de verre fixé à la structure en béton mais sont surtout enfermés dans une grande « bulle » en surpression pneumatique en film plastique ETFE. Ils sont tendus sous leur forme concave par l’effet de la pression à l’intérieur de cette bulle. L’extérieur du film plastique de la bulle étant lui traité pour repousser la poussière (cauchemar de tout système CSP).

Le récepteur de chaleur quant à lui (situé lui aussi à l’intérieur de cette bulle en film plastique) est formé pour l’essentiel d’un tube en acier inox assemblé sur place au lieu du complexe collecteur en acier-verre sous vide habituellement fabriqué en usine.

UNE PUISSANCE THERMIQUE DE POINTE DE 3 800 KWH

Enfin, à cela s’ajoute une dernière originalité du système. Une partie de la chaleur véhiculée par l’air chauffé jusqu’à 600°C est stockée dans un dispositif des plus basiques composé d’un réservoir en béton rempli de simples pierres, disponibles localement, et non d’un système à huile ou sel fondu qui devrait être importé. L’air brulant qui provient du récepteur réchauffe les pierres pendant la journée. La nuit, le flux d’air est inversé et les pierres ayant accumulé la chaleur la relâchent permettant le soutien au circuit de production d’électricité. Le rendement solaire-thermique moyen du système est chiffré à 50% par Airlight.

Au total, la puissance thermique de pointe des trois modules s’élève à 3 800 kWh est développée sur 6 000 m², profitant des conditions favorables d’ensoleillement du Souss marocain évaluées à près de 2 400 kWh/m²/an.

On estime que l’augmentation de la production électrique du turbo-générateur existant montera à environ un million kWh, équivalent à une puissance électrique moyenne de 150 kW.

La technologie CSP d’Aït Baha est conçue de manière à minimiser les coûts de production en recourant à des matériaux simples. « Alors que le prix de la technologie CSP traditionnelle se situe entre 180 et 200 euros le MWh, on estime que la technologie Aït Baha, sur grande échelle peut baisser de 110 à 120 euros ce MWh » précise à L’Usine Nouvelle le management d’ITG.

800 TONNES DE CO² ÉVITÉS

Pour cela, il faudra d’abord valider de façon industrielle cette installation hors norme. Le projet qui a démarré fin 2012 arrive cette année dans sa phase finale. « Nous terminons à la mi-mars la construction du premier des trois modules initialement prévu.  Nous allons passer à la phase d’exploitation commerciale dès que tous les modules seront mis en place d’ici à la fin de l’été après une période d’ajustement d’environ 6 mois. » précise De Beni.

Selon Airlight, ce projet nécessite pour la production d’électricité, un ensoleillement minimum de 2 000 kWh/m²/an comme au Maroc, mais ce système pourrait être déployé dans des zones moins ensoleillées pour sa seule production de chaleur cette fois et par exemple pour chauffer des serres agricoles.

JLEC injecte 700 MW de capacité dans le réseau marocain

| Actualité BTP | 9 juin 2014

1,4 milliards de dollars américains destinés à l’expansion de la centrale électrique de Jorf Lasfar au Maroc L’énergéticien marocain JLEC, filiale de l’émirati Taqa vient d’annoncer la prochaine mise en service commercial des tranches 5 et 6 de sa centrale à charbon géante de Jorf Lasfar. Deux unités qui vont augmenter de 700 MW la capacité de production électrique du royaume. A elle seule, cette extension représente 10% de la puissance installée du Maroc.

Après une introduction réussie à la bourse de Casablanca fin 2013, JLEC va mettre en service comme prévu sur la centrale à charbon géante de Jorf Lasfar au sud de Casablanca ses deux nouvelles unités de production 5 et 6. Celles-ci développent une puissance électrique de 700 MW, soit environ 10% de la capacité totale du royaume qui est de l’ordre de 7GW. Ces deux tranches, utilisant la technologie supercritique vont faire croître de 50% les capacités de production de la centrale à charbon détenue par le groupe émirati.

« Le couplage des 2 unités avec le réseau électrique national est déjà effectif depuis le 25 octobre 2013 pour l’unité 5 et le 5 février 2014 pour l’unité 6. » a annoncé Abdelmajid Iraqui, président du directoire de Jorf Lasfar Energy Company (JLEC), filiale du groupe d’Abu Dhabi, Taqa lors d’une conférence de presse à Casablanca.

 Il a en outre précisé que « l’unité N°5 sera commercialement opérationnelle à la fin de ce 1er trimestre 2014 et l’unité N°6 d’ici la fin du second« .

Confirmant la place de leader de JLEC dans la production privée d’électricité au Maroc avec 38% de part de marché, Abdelmajid Iraqui a estimé que « tout risque opérationnel est désormais écarté, puisque nous sommes à présent dans la phase finale de test, telle qu’agréée avec le constructeur et L’ONEE « .

La société a conclu avec l’ONEE (l’Office marocain de l’électricité), des contrats à long terme de vente d’électricité. La centrale à charbon a été construite par le japonais Mitsui et le sud-coréen Daewoo Engineering & Construction Co.

Coté à la Bourse de Casablanca depuis le 24 décembre 2013, où il pèsait au 6 mars 10,5 milliards de dirhams, le premier producteur électrique privé du Maroc est donc en bonne voie pour porter la capacité de sa centrale à charbon à 2056 MW au second semestre.

Lors de l’annonce de ses résultats le 18 février, Jorf Lasfar Energy Company a confirmé un business plan en phase avec les prévisions. De plus le taux de disponibilité de la centrale existante (4 tranches) s’est amélioré de 1,06 point passant à 89,67%.

Suite à « l’optimisation des coûts d’exploitation et de maintenance », le résultat d’exploitation de 828 millions de dirhams (73,7 millions d’euros) a enregistré une augmentation de 9,9%.

En revanche, le chiffre d’affaires a légèrement marqué le pas (-2,2%) en passant à 4,9 milliards de dirhams du fait d »une baisse significative des frais d’énergie consécutive au prix du charbon sur le marché international en 2013« .

Opérant jusqu’ici au Maroc exclusivement  dans l’énergie charbon, le groupe veut désormais prendre part au développement des énergies renouvelables du pays et diversifier son mix énergétique en investissant dans l’éolien et l’hydraulique.

Nous sommes en train d’étudier plusieurs projets que nous annoncerons à une date ultérieure” a déclaré Iraqui Houssaini à ce sujet.

Une chose est sûre, la maison-mère de JLEC, Taqa a déjà soumissionné en partenariat avec Nareva, filiale de SNI à certains lots de l’immense appel d’offre éolien de 850 MW que vient de lancer l’ONEE.

La centrale solaire CSP d’Ouarzazate fonctionnera « en août 2015″, selon Masen

| Actualité BTP | 9 juin 2014

La centrale solaire CSP d’Ouarzazate fonctionnera « en août 2015″, selon Masen

Selon le plan solaire marocain, la part des énergies renouvelables devrait représenter 42% de la capacité électrique installée à l'horizon 2020

La station thermo-solaire de 160 MW Noor Ouarzazate I, sera opérationnelle à  partir d’août 2015 selon un communiqué publié cette semaine et portant sur  l’examen de l’état d’avancement de la réalisation du Plan solaire marocain Noor.

 Tout devrait être prêt d’ici l’été de l’année prochaine. L’injection des premiers  KWH  au réseau de la centrale thermo-solaire de Noor Ouarzazate 1 se déroulera  en août   2015 a annoncé le président du directoire de la Moroccan Agency for  Solar    Energy (Masen) Mustapha Bakkoury, dans un communiqué suite à la  présentation  de ce projet au roi lui même qui s’est déroulée le 17 mars à Rabat.

Cette réunion qui s’est tenue au palais royal de Rabat rassemblait aussi notamment le Chef du gouvernement Abdelilah Benkirane ainsi que les ministres de l’Economie et des finances Mohamed Boussaid et celui de l’Energie, Abdelkader Amara.

Le projet du complexe solaire d’Ouarzazate géré par Masen  est le premier d’une série de plusieurs centrales qui doivent totaliser une puissance installée de 2 000 MW à l’horizon 2020. Il s’inscrit dans le cadre du Plan solaire marocain (PSM) lancé en 2009.

Outre Ouarzazate, le PSM avait sélectionné quatre autres sites pour la qualité de leur ensoleillement. Le premier est situé dans l’Oriental, il s’agit d’Ain Bni Mathar. Les trois autres se trouvent tous les trois dans la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia el Hamra. Ce sont les sites de Foum El Oued, Boujdour et Sebkhat Tah.Cependant, au cours de sa présentation, Mustapha Bakkoury a cité les villes de Midelt (Meknès-Tafilalet) et Tata (Guelmim-Es Smara) qui seraient retenus pour abriter de prochains projets du plan solaire marocain Noor.Selon lui, les travaux de Noor « se déroulent conformément au planning prévu, après le bouclage de toutes les étapes d’adjudication et de mise à disposition des financements« .Noor I est une centrale solaire à technologie CSP d’une capacité de 160 MW. La prévue durée de construction est de 22 mois. Son coût serait d’environ 600 millions d’euros.Cette tranche avait été attribuée le 25 septembre 2012 à un consortium mené par le groupe saoudien ACWA associé aux entreprises espagnoles Aries IS et TSK EE.Filiale du groupe, Acwa Power avait donné le feu vert du lancement du chantier le 29 avril 2013 au consortium Acciona, le géant du BTP en Espagne pour construire l’une des plus grandes centrales CSP à capteurs cylindro-paraboliques au monde.L’Office national de l’électricité(ONEE) rachètera par contrat à long terme et à prix fixe l’électricité produite par la centrale. Ce projet est extrêmement complexe car peu de centrales de ce type fonctionnent à cette échelle dans le monde et les phases de test et de qualification risquent de s’étendre bien au delà de l’été 2015.Le terrain qui accueille ce projet est localisé sur un site appelé Tamzaghten Izerki qui s’étend 2 500 ha. Il se trouve à environ sept km au nord-est de la ville d’Ouarzazate dans la région de Souss-Massa-Draa, au sud-ouest de Marrakech. Il est situé près d’un barrage dont l’eau est un élément indispensable pour nettoyer régulièrement les miroirs.Lors de la réunion de Rabat, Mustapha Bakkoury a également présenté au roi du Maroc le calendrier (non précisé) de réalisation des trois stations futures à implanter près d’Ouarzazate. Il s’agit de Noor II, Noor III et Noor IV.Le 1er août 2013, Masen avait révélé les sept consortia pré-qualifiés pour Noor II et Noor III. Parmi ceux ci on retrouve Acwa mais aussi un grand nombre d’entreprises internationales dont Edf, GDF-Suez,Alstom ainsi que des groupes espagnols ou américains.Les 2000 mégawatts prévus par le plan solaire marocain à l’horizon 2020 doivent venir couvrir 14% des besoins énergétiques du royaume, étant entendu que la part des énergies renouvelables représentera 42% de la capacité électrique installée.L’objectif de ces projets solaires tout comme ceux, nombreux, dans l’éolien est de réduire la lourde dépendance énergétique du Maroc privé à ce jour de ressources énergétiques fossiles. Le Royaume  s’est aussi lancé en parallèle dans la prospection pétrolière tout azimut.